« IMPOSSIBLE » n’est pas Nuit Européenne des Chercheur.e.s !

Comme dans 11 autres villes en France et des centaines de villes en Europe, la 12e Nuit Européenne des Chercheur.e.s a illuminé le campus de l’université de Bourgogne vendredi 29 septembre. Un beau succès, puisque plus de 70 chercheurs et 2000 visiteurs ont répondu à l’appel au coeur d’une scénographie originale, dans une ambiance festive, en relevant les défis du thème 2017 « IMPOSSIBLE ?»

Avant La nuit des chercheurs 146 La nuit des chercheurs 104 Sceno 2

 

PORTRAITS DE CHERCHEUR.E.S #7 et 8 : THOMAS THEVENIN ET JUSTIN EMERY, GEOGRAPHES, PRENNENT LE POULS DE LA VILLE !

Parce que ce sont eux qui, avec vous, « font la Nuit », nous vous proposons une série de portraits de chercheur.e.s à retrouver le 29 septembre !

Et si la ville était un organisme vivant avec ses artères, ses globules rouges, ses organes et ses rythmes ? Des géographes et des informaticiens se sont associés pour créer une maquette (vivante ?) pour ausculter la circulation automobile d’un quartier. L’objectif ? Mieux respirer ! Avec MarrakAir, Thomas Thévenin, Professeur au département de géographie de l’Université de Bourgogne (laboratoire ThéMa) et Justin Emery, post-doctorant, prennent le pouls de la ville !

Thomas justin-emeryNB-233x300

Portrait de chercheur.e #6 : Xavier Delfosse, astronome

Parce que ce sont eux qui, avec vous, « font la Nuit », nous vous proposons une série de portraits de chercheur.e.s à retrouver le 29 septembre !

Xavier Delfosse est astronome à l’Institut de Planétologie et d’Astrophysique de Grenoble. Il vient donc de loin spécialement pour la Nuit Européenne des Chercheur.e. à Dijon… mais de beaucoup plus près que les planètes qu’il étudie, et qui se trouvent à des dizaines d’années-lumières !

Il essaie de répondre avec ses collègues à une grande question qui nous intrigue tous : y a-t-il de la vie en dehors de la Terre, et même, en dehors du système solaire ?

Pour cela, il faut d’abord identifier des « exoplanètes » potentiellement habitables.

Delfosse

Portrait de scénographe : Jean-François Desmarchelier

La Nuit Européenne des Chercheur.e.s de Dijon n’aurait pas la même saveur sans la scénographie originale de Jean-François Desmarchelier, qui met ses compétences de scénographe, de concepteur d’exposition, de webdocumentariste et de réalisateur au service de « l’art de raconter la science« . Vous ne le rencontrerez sans doute pas vendredi soir… et pourtant, il « fait » aussi la Nuit ! Portrait.

 La nuit des chercheurs 001    Jef  

La « Nuit » dijonnaise bénéficie adepuis son origine, de dispositifs scénographiques qui constituent l’ADN de la manifestation.

Portrait de chercheur.e #5 : Ludovic Desmedt, économiste

Parce que ce sont eux qui, avec vous, « font la Nuit », nous vous proposons une série de portraits de chercheur.e.s à retrouver le 29 septembre !

Economiste, Ludovic DESMEDT étudie les structures monétaires et financières dans une perspective historique. Et c’est passionnant !

L DESMEDT

Si la monnaie raconte l’histoire des échanges, et que ses formes varient jusqu’à la dématérialisation, elle parle aussi des rapports au pouvoir et aux institutions, des climats sociaux et de l’histoire des peuples : « L’évolution technologique du monnayage n’est jamais sans rapport au pouvoir et à la hiérarchie (…) C’est pourquoi il importe d’appréhender les techniques de monnayage dans leur environnement social et politique » indique Ludovic DESMEDT.

Portrait de chercheur.e #4 : Vincent-Raphaël Carinola

Parce que ce sont eux qui, avec vous, « font la Nuit », nous vous proposons une série de portraits de chercheur.e.s à retrouver le 29 septembre !

Vincent-Raphaël Carinola est compositeur, donc… musicien. Mais il est aussi chercheur ! Il explore, à travers ses œuvres et sa recherche, les effets de l’évolution des technologies sur la transformation des catégories musicales : la partition, l’instrument, l’interprète, le concert, etc.

portrait_carinola

 (C) Esther Carinola

En tant que chercheur au CIEREC, il montre comment des œuvres musicales résultent aujourd’hui d’agencements singuliers entre des « organes » (en musique, on parle bien d’organologie) dont les fonctions sont assumées par différents objets techniques. En effet, avec l’intégration des nouvelles lutheries numériques, l’instrument de musique, la partition, voire même l’interprète, semblent parfois impossible à situer précisément.

Portrait de chercheur.e #3 : Jonhattan Vidal, archéologue

Parce que ce sont eux qui, avec vous, « font la Nuit », nous vous proposons une série de portraits de chercheur.e.s à retrouver le 29 septembre !

A la fin du IIe siècle avant notre ère, les Eduens, un important peuple gaulois allié historique de Rome, ont édifié leur capitale fortifiée (ou oppidum), au sommet du Mont Beuvray, dans le Morvan. Dans des maisons modestes ou luxueuses, dans les ateliers et les commerces, la vie s’organisait. Jules César lui-même l’évoque dans ses écrits ! Raisons de plus pour tenter de percer ses secrets…

Un  site de cette importance est un gisement d’informations exceptionnel pour mieux comprendre la vie quotidienne des Gaulois, leurs techniques, leurs pratiques commerciales… Mais cette ville, peut-on la voir ? Hélas non, car au fil du temps, les habitants la délaissèrent pour la moderne ville romaine d’Augustodunum (Autun) et la forêt l’a peu à peu recouverte…

Alors comment explorer les trésors qui se cachent sous nos pieds, et reconstituer le plan général de cette grande ville gauloise ?

Capture d’écran 2017-09-14 à 15.17.12

Portrait de chercheur # 2 : Romaric Loffroy, radiologue interventionnel

Parce que ce sont eux qui, avec vous, « font la Nuit », nous vous proposons une série de portraits de chercheur.e.s à retrouver le 29 septembre !

Impossible d’opérer sans bistouri ? Plus maintenant… dans certains cas ! En effet, sous le contrôle de l’imagerie, la radiologie interventionnelle permet de réaliser un geste thérapeutique plus précis, plus efficace, moins invasif et moins coûteux que les interventions chirurgicales classiques, tout en réduisant les effets secondaires habituels, les risques et les complications. Et pour le Pr. Romaric Loffroy, « c’est le sens de l’histoire » !

romaric-loffroy

A la place d’une chirurgie abdominale ? Une « simple » piqûre permet de traiter une tumeur grâce à une embolisation ciblée des vaisseaux qui l’oxygènent. Et la technique pourrait s’étendre à beaucoup d’indications…

Portrait de chercheur.e #1 Gaëtan Jego, biologiste

Parce que ce sont eux qui, avec vous, « font la Nuit », nous vous proposons une série de portraits de chercheur.e.s à retrouver le 29 septembre ! 

 

Ce n’est pas parce que Gaëtan aime le sang que c’est un vampire ! Il a décidé qu’il serait chercheur depuis qu’il est enfant, et s’il a de grandes dents…c’est pour mieux te soigner, mon enfant ! Gaëtan Jego est un « enquêteur des cellules », et il essaie de résoudre plusieurs énigmes.

G JEGO2017

La première concerne la « différenciation » des cellules souches en globules rouges, les cellules qui transportent l’oxygène dans notre sang. Les cellules souches sont en effet des cellules un peu particulières qui sont capable à la fois de se multiplier indéfiniment à l’identique, mais aussi de donner naissance à des cellules « différenciées », c’est-à-dire spécifique d’un tissu ou d’un organe, comme les globules rouges. C’est un peu les « mères » de toutes les cellules.

La Grande Expérience Participative, c’est quoi ?

Lors de la Nuit Européenne des Chercheur.e.s, vous pourrez participer à une vraie Grande Expérience Participative, qui aura lieu dans toutes les villes organisatrices de la Nuit Européenne des Chercheurs !

Cette  année, Grande Expérience Participative aura pour thème les sciences cognitives et plus particulièrement la psychologie cognitive.
Bien sûr, on ne peut pas vous en dire trop pour ne pas vous influencer, mais si vous voulez en savoir un peu plus,…cliquez sur le point d’interrogation !

 

Pt Interr

 Retrouvez le programme de la Nuit européenne des Chercheur.e.s à Dijon

« Impossible, impossible… est-ce que j’ai une gueule d’impossible ? » Mais au fait, pourquoi ce thème ?

La Nuit Européenne des Chercheurs.e.s invite le public à réfléchir sur les questions d’imPOSSIBLE en présentant un grand nombre de disciplines (technologie, médecine, astrophysique, histoire, éthnologie, psychologie…) et surtout en échangeant avec des chercheurs inspirés, emplis de créativité. Ceux-ci vopus expliqueront leurs champs d’investigation ou bien raconteront des recherches actuelles (ou historiques) qui ont su défier les imPOSSIBLES d’antan.

« PARTICIPEZ ! » La Nuit Européenne des Chercheur.e.s vue par ses coordinateurs

Depuis 12 ans, la Nuit Européenne des Chercheur.e.s en France repose sur deux idées fondatrices et fédératrices. La première, c’est qu’il est important d’oser, d’innover, de tester. Speed searching, Bouche à oreille, Rencontre dans le noir… sont autant de nouvelles façons de partager et de jouer avec les sciences.Ces concepts ont été mis en place pendant nos Nuits.

L’autre pilier de notre démarche n’a, par contre, rien de moderne. Rien de nouveau. C’est l’idée que pour partager quelque chose, il faut se rencontrer. Et que cette rencontre doit être la plus simple, la plus intime, la plus décomplexée possible.

Depuis 12 ans, des milliers de chercheurs ont donc discuté avec des dizaines de milliers de visiteurs. En face à face. Les yeux dans les yeux (sauf dans le noir !). De citoyen à citoyen… donnant lieu à des millions d’heures d’échanges que l’on nous a confié être passionnants.
Autre élément fédérateur, pour cette nouvelle édition : dans 12 villes françaises, nous proposons au public de participer à la même expérience. A une vraie expérience. Cette Grande Expérience Participative est un défi pour les chercheurs et organisateurs. Ceux-ci doivent permettre aux visiteurs d’intégrer l’ensemble d’un processus de recherche, de les faire pénétrer dans la « cuisine » des sciences et de les rendre acteurs (et pas simplement spectateurs).

Et c’est encore une nouvelle occasion pour rencontrer des chercheurs, en pleine action de recherche.

Lioneljeremy

 Retrouvez le programme de la Nuit européenne des Chercheur.e.s à Dijon

 

La Nuit Européenne des Chercheur.e.s revient le 29 septembre 2017 !

SAVE THE DATE !

La Nuit Européenne des Chercheur.e.s aura lieu à Dijon, comme dans 11 autres villes en France, vendredi 29 septembre 2017 à partir de 18 heures sur le campus de l’université de Bourgogne, à Dijon !

Visu_NEDC2017_HD

Après « Idées » en 2016, le nouveau thème, « Impossible ? » permettra d’explorer et d’interroger les défis possibles et impossibles de la recherche, ceux que l’on pensait impossibles et qui sont devenus possibles, les limites de la connaissance scientifique, de la créativité, de l’intuition, ou encore de la modélisation. Vaste et programme !

Des chercheurs de toutes disciplines vous donnent donc rendez-vous le 29.09 au coeur d’espaces scénographiés mais aussi de rencontres ludiques (« speed-searching »), de performances artistiques et d’une Grande Expérience Participative à laquelle vous pourrez participer…pour contribuer vous aussi à la recherche « en train de se faire » !

L’ambiance de l’événement sera (comme d’habitude !) conviviale et placée sous le signe du dialogue et de la rencontre, sans barrière de savoir, avec possibilité de se restaurer sur place.

Chercheurs, médiateurs, scénographes et artistes se préparent dès maintenant.

Alors notez-le sur vos tablettes !

En savoir plus sur la Nuit Européenne des Chercheurs dans toute la France

Conception graphique : L. BRUNOT / Indelebil

« C’est beau un Villani la Nuit » : la conférence est en ligne !

Cédric VILLANI, parrain de la Nuit Européenne des Chercheur.e.s, a rencontré le public le 30 septembre 2016 sur le campus de l’université de Bourgogne.

Lors de sa conférence « C’est beau un Villani la Nuit !, il a conté sous les étoiles de joyeuses histoires d’idées et de mathématiques.

Retrouvez la vidéo intégrale de la conférence sur You Tube !

VILLANI LA NUIT

Chercheurs : participez à la Grande Expérience Participative 2017 !

Dans le cadre de la Nuit Européenne des Chercheur.e.s 2017, vos laboratoires ont la possibilité de proposer une expérience à la fois solide scientifiquement et qui s’appuiera sur la participation simultanée de 10 000 citoyens dans 12 villes françaises.

C’est à la fois une opération de recherche et de communication, présentant autant d’intérêt pour les scientifiques que pour le public qui pourra s’informer tout en contribuant activement à la recherche.

Il s’agit également d’une façon de montrer au public le cheminement d’une expérience scientifique : vous vous engagez à raconter au public de la prochaine Nuit Européenne des Chercheurs, le 29 septembre 2017, les étapes de cette expérience jusqu’à la publication des résultats.

GEP

Chercheurs, directeurs d’équipe, vous êtes prêts à relever le défi ?

Téléchargez l’appel à projet (national) ainsi que le formulaire de participation sur le site national de la Nuit Européenne des Chercheur.e.s !

La date limite de retour est le 30 novembre 2016.

 

Renseignements complémentaires :

Matteo Merzagora

Directeur de l’Espace des Sciences Pierre-Gilles de Gennes, ESPCI-Paris

ndc2016@espci.frt